Les dossiers brésiliens

Varginha - RR3 à Itaperuna

Varginha


Situation géographique

Etat des lieux

Varginha est une ville brésilienne située dans l'état du Minas Gerais. Ce qui s'y passa en janvier 1996 la rendit célèbre et permis à la commune de développer un "tourisme ufologique". En l'occurrence on y trouve un château d'eau dont le réservoir est en forme de soucoupe, des arrêts de bus en forme de vaisseaux spatiaux et même des statues d'extraterrestres.


Le château d'eau et une statue

Arrêtons ici la visite et venons en aux faits:

L'affaire

Le 20 janvier 1996, un OVNI s'écrase violement près de la ville de Varginha. Un témoin, Carlos De Souza, vit cet objet descendre dans un champs d'une autre ville proche, Tres Coracoes. Il conduisit jusqu'au lieu du crash où il vit les morceaux de l'épave dont le plus gros était de la taille d'un bus Volkswagen. Les pompiers puis l'armée arrivent, et très vite ces derniers font barrage. D'après ce même témoin, les soldats ont ramassés les débris et ont utilisés une grue pour soulever le plus gros. Des traces découvertes par des enquêteurs confirmèrent la présence de la grue.

Les témoins

Les jours suivants, d'autres personnes rencontrent des êtres non terrestres essayant de se dissimuler ou de s'enfuir. Entre 13h et 14h, un homme faisant son jogging déclara avoir vu environ six militaires afférés à des recherches sur le champs de l'incident. Soudain un coup de feu retentit et il vit peu de temps après sortir d'une zone boisée, deux soldats qui portaient chacun un sac de toile sur les épaules. Il lui sembla que l'un des sac contenait quelque chose qui bougeait. Vers 15h ce même après-midi, trois jeunes filles qui rentraient à pieds dans le même quartier, remarquèrent "une petite personne" accroupie près d'un mur en béton. En s'approchant elles se rendirent compte que ce n'était pas un humain et le décrivirent comme ayant la peau brune et huileuse, une tête surdimenssionnée et ornée de trois petites cornes et deux yeux rouges. Croyant qu'il s'agissait du diable, l'une d'elle s'enfuit. Un autre s'attarda et croisa un instant le regard de la créature. Elle ressentit à ce moment là une grande pitié et plein de remords pour cet être.


Les trois filles


Illustration de la créature

Plus tard encore entre 18h et 18h15, dans le même endroit, deux policiers militaires passèrent en voiture et tombèrent sur une étrange créature dont la description correspond à celle des autres témoins. Pensant que celle-ci avait besoin de soins, ils l'emmenèrent à l' "Hospital Regional". Ce qui est étrange c'est que la créature les suivit sans résistance et s'assis même à côté des policiers sur la banquette de leur voiture. Notons au passage que l'un des deux officiers décéda d'une mort mystérieuse, dans les quinze jours suivants son exposition avec l'entité. Sa veuve n'obtiendra jamais de certificat de décès.


Hospital Regional

Un témoignage plus tardif fit son apparition. Celui d'une habitante de la ville qui se trouvait avec son mari à une réception qui eut lieu au zoo de Varginha. Cela se passe trois mois après l'évènement initial. Elle sortit pour fumer une cigarette et fut stupéfaite de voir une créature humanoïde la regarder de l'autre côté du grillage, à 1 ou 2 mètres de distance. Elle alla chercher son mari mais la créature avait disparu à leur arrivée. La description de celle-ci était semblable aux précédentes, à l'exception près que l'humanoïde portait un casque dorée.

Inutile de préciser que l'armée fut en pleine traque à travers toute la ville, appuyée par des agents en civil. Certains humanoïdes sont capturés, voir tués. Il semblerait que plusieurs d'entre eux est été emmenés à l'hôpital de la ville, puis autopsiés pour être ensuite transférés vers la base militaire d'Albrook, au Panama (d'après d'autres sources, les autopsies auraient eu lieu ailleurs). Les autorités ont du mal à étouffer l'affaire avec tout ce remue-ménage, si bien que la télé mexicaine a évoqué l'évènement qui à fait le tour du monde.

Rebondissements

En mai 1997, un scientifique soupçonné d'avoir participé à l'autopsie des aliens, affirme qu'il pourra parler sur le sujet dans quelques années. Cependant, le mois suivant, 15 témoins acceptent de parler et confirment les faits surtout pour ce qui est de la capture de ces êtres par l'armée brésilienne. Ils soulignent aussi l'implication du policier militaire Marco Eli Chereze, décédé moins d'un mois après l'incident de 3 infections différentes. Chose qui est rare. Car pour contracter autant d'infections il faut disposer d'une immunodéficience. Ce jeune homme de 23 ans n'était pourtant pas immunodéprimé. Il l'aura apparemment développé suite à son intervention à Varginha, lors de la capture de l'une de ces créatures, qu'il dit avoir touché sans ses gants.


La mère (Lourdes), la soeur (Marta) du policier Marco Eli Chereze (à droite)

Précisions sur l'affaire

Beaucoup des dates évoquées ci-dessus ont été controversées. Vous trouverez peut-être des sites où les dates diffèrent, tellement cette affaire est un sac de noeuds. Cependant c'est le jour du 20 janvier 1996 qui a été retenu.
Voici d'ailleurs la vidéo d'un OVNI filmé à Varginha, datée de ce jour. Coïncidence ?


Vidéo de l'OVNI du 20 janvier 1996, à Varginha

Voilà tout ce que nous avons sur l'affaire. En espérant que des preuves concrètes pourront surgir au fil du temps.

Source(s): www.ovni.ch - Autres sources diverses

RR3 à Itaperuna


Situation géographique

L'affaire

Itaperuna est une ville Brésilienne située dans l'état de Rio De Janeiro, et distante de 362 km de la ville du même nom.
Le 20 Décembre 1971 à 21h30, le surveillant de l'aéroport militaire de la ville, va y faire une inhabituelle expérience.
Cet homme de 60 ans, nommé Manuel Silva e Souza et père de treize enfants, s'apprêtait à quitter les lieux lorsque son regard fut attiré par une lueur.

Le récit du témoin

Le journaliste Brésilien, Carlos Marquès, spécialisé en affaires d'OVNI, a interrogé le témoin:

- Soudain, j'ai eu mon attention attirée par une lueur qui s'approchait de l'aéroport. Une lueur tout à fait inhabituelle. J'ai cru que c'était un avion en feu qui tentait d'atterrir. Soudain, la lueur disparaît. Je n'en crois pas mes yeux. Je cherche pour voir si je n'ai pas rêvé. Et je retrouve la lueur derrière moi, posée dans un champ, près de la piste d'atterrissage. Je pense alors: c'est bien un avion en feu qui s'est écrasé et je cours. Pourtant, au fur et à mesure que je m'approche, je me rends compte que la lueur insolite n'a rien à voir avec celle d'une flamme. C'est une lueur bleu clair, intense. Lorsque je suis arrivé à vingt mètres, je me rends compte que cette lueur est émise par une forme ovale. C'était très joli, mais faisait mal aux yeux. Alors, j'ai aperçu l'être...
- Comment était-il ?
- Il marchait près de la forme éblouissante. Il était petit. Environ quatre-vingt-dix centimètres. Peut-être un mètre.
- Il vous a vu ?
- Oui, il m'a regardé. Très fixement. J'avais très peur mais je l'ai observé aussi, très fixement. Je n'en croyais pas mes yeux.
- Qu'a-t-il fait ?
- Au bout de quelques secondes, il m'a tourné le dos. Il a élevé les bras à l'horizontale, comme ça. (Manuel fait le geste.) Et alors là, je n'en croyais pas mes yeux, il s'est soulevé de terre, sans bruit. Sans bouger, il a regagné son appareil, comme si une force invisible l'attirait, et il est entré par le haut, la tête la première !
- Vous voulez dire qu'il s'est soulevé sans bouger ?
- Oui
- Vous n'avez vu qu'un seul occupant ?
- Non, à l'intérieur il y en avait deux autres. Au moins deux. Ils me regardaient sans bouger. J'ai eu peur. Puis, une porte à glissière s'est fermée avec un petit bruit. Et l'objet s'est éloigné.
- Rapidement ?
- Très lentement au début. Mais à cinquante mètres de moi, il a pris une accélération incroyable et a disparu en une seconde.
- Revenons aux créatures que vous avez vues. Comment étaient-elles habillées ?
- Elles portaient un uniforme, de couleur kaki. Le tissu semblait très souple, mais ne rappelait rien de connu. Ces êtres portaient une ceinture plus claire, vert avocat, par-dessus l'uniforme. Il y avait aussi une grosse boucle très jolie. Aux pieds, ils portaient des petites bottes montantes et collantes. Un peu comme celles que chaussent les boxeurs.
- Et le visage ?
- C'étaient des visages qui ressemblaient au nôtre. Mais le cou était plus court. Je les ai bien vus car ils ne portaient pas de masque. J'en suis sûr.

Remarques personnelles

Ce qui fait l'authenticité d'un récit, faute de preuves, c'est la sincérité des témoins et la concordance de leur histoire lorsque qu'elle est récitée à nouveau quelques mois ou quelques années plus tard. La corrélation de plusieurs témoignages de personnes différentes et indépendantes joue aussi. Toutefois sur ce dossier, j'aimerais m'attacher à cette corrélation mais en rapport avec d'autres dossiers qui ont eu lieu partout dans le monde (je ne saurais en citer de précis pour l'instant).

Manuel dit que l'être s'est soulevé de terre et est rentré la tête la première par le haut de son appareil. Ce n'est pas la première fois que l'on décrit une telle façon de rejoindre un vaisseau. Surtout "LA TETE LA PREMIERE". D'ailleurs je pense que quelqu'un qui aurait voulu inventer un récit de la sorte aurait eu tendance à faire rentrer les occupants de l'engin en position debout. C'est à dire les pieds en premier.

Ma deuxième remarque vaut pour les vêtements. La plupart du temps, les entités décrites, qu'elles nous ressemblent ou non, sont habillées de combinaisons moulantes, d'une ceinture et de bottes serrées.
Sans que cela discrédite le récit du témoin, je voudrais souligner que cette notion d'habillement comportant une combinaison, une ceinture, qui plus est avec une boucle et des bottes, est une configuration vestimentaire très commune sur Terre. Il est étrange que des êtres venus de très loin est adoptés la même configuration que chez nous. Ils auraient très bien pu décomposer les différents vêtements d'une autre façon. A moins que ces êtres ne soient pas si éloignés de nous, que ce soit géographiquement ou biologiquement...


Enlèvement de Betty Andreasson-Luca
Source: OVNIS 50 ans de secret, Gildas Bourdais - Editions Presses Du Châtelet

Remarquez dans le croquis ci-dessus la représentation qu'en a fait la victime d'une affaire d'enlèvement. Bottes et combinaisons.

Dernière chose concernant le départ de l'OVNI. Comme dans certains dossiers, il s'éloigne doucement pour ensuite accélérer d'un coup. Serait-ce le temps qu'un mécanisme d'accélération se mette en marche ou pour attendre d'être assez loin des témoins pour ne pas les blesser ? Dans l'affaire Michalak, le témoin était tellement près, qu'il fut brûlé.

Source(s): OVNIS 1999: Le contact ? - De Jean-Claude Bourret, aux éditions Michel Lafon.


Rejoignez S.I.O sur Facebook

Accueil - Glossaire - Me contacter
Copyright © SIO-FR.Com. Tous droits réservés.